vendredi 27 juillet 2007

Athènes en visite

Voici l’histoire de mon périple à Athènes, destination où je me suis rendu à 2 reprises, en 2001 et en 2002 , durant les vacances de Pâques à chaque fois, et en tant que directeur de centre de vacances.

Hébergement : Nous avons décidé de séjourner à l’hôtel DIETHNES situé au 52 PEONIOU STREET, situé à deux pas de la station de métro Larissa Station. Internet : http://www.hoteldiethnes.gr
Le manager est sympathique (même si il essaiera de vous vendre toujours plus), les prix sont corrects, le service impeccable, le confort excellent (télé dans la chambre, lit fait tous les jours, ménage également…) et vous trouverez sûrement plus d’une personne de service qui parle français. Pour votre sécurité, un gardien de nuit assure la surveillance, même si à priori, ça paraît inutile, vu que le quartier est nickel, et qu’il n’y a pas grand chose à craindre.

Athènes en général : Ce qui marque tout de suite à Athènes, c’est le coté « vieux » ! Et je ne dis pas cela uniquement par rapport aux monuments et aux vestiges, mais également parce qu’une bonne partie de la ville tombe en ruine, et que du coup, vous avez toujours l’impression qu’il vient d’y avoir un séisme ou un cataclysme. Du coup, et depuis quelques année, de nombreux travaux de rénovation ont été entrepris. Il n’est donc pas rare de tomber en plein chantier, ou de prendre un métro tout neuf, et de descendre dans une station toute vieille. L’aéroport est également neuf, et a été refait il n’y a pas longtemps.
Au niveau sécurité, pas grand chose à craindre. Les grecs ne sont pas farouches, il y a des policiers partout, pire qu’à New-York, et la ville est plutôt sûre.
Phénomène spécifique : il y a des chiens errants partout, qui vous suivent régulièrement. Pourquoi ? Parce que là bas, tuer un chien vous vaudra plus d’années de prison que si vous tuez un homme, donc… A réfléchir à deux fois avant de leur mettre un coup de pied :-)
Enfin, la pollution : elle est toujours présente, certes, surtout lorsqu’il fait chaud, mais on la ressent moins qu’avant, car elle a diminué. En effet, en vue des JO de 2004, les grec se sont engagés à réduire leur taux de gaz carbonique de 30 %. ET pour le moment, c’est bien parti.

1er jour : Nous avons commencé par la relève de la garde à la station Omonia (Panepistimio) devant le palais. Il y en a une toutes les heures, et ça vaut le détour, mais pas plus d’une fois. Ensuite, petit détour par le syndicat d’initiative, et visite du musée archéologique national. Un très beau musée, pas très cher (la plupart des musées sont gratuits), mais attention : ne prenez pas un guide français ! Ils sont chers, parlent très mal français, et surtout, sont nuls ! Le mieux est de vous procurer une documentation en français, et d’organiser votre propre visite.

2ème jour : Nous avons été aux puces de Monastiraki (station de métro du même nom). Là, le quartier est un peu plus mal famé, mais rien de bien méchant, faites juste attention à vos effets personnels. Depuis le passage à l’euro, les prix ont flambé, et ce qui pouvait paraître intéressant avant ne l’est plus. Il faut s’enfoncer un peu plus dans les puces, dans les boutiques un peu reculées, pour trouver des prix intéressants.
Après, une fois que vous êtes là, le mieux est de déjeuner sur place (l y a des pitas pas chers) pour pouvoir enchaîner directement avec l’Agora (juste derrière), puis l’Acropole (visite assez cher en comparaison des autres).

3ème jour : Nous nous sommes rendus sur Egine, dite « L’île de la Pistache ». Pour cela, vous rendre en métro au port du Pirée, puis prendre vos billets sur place. Attention ! Il y a plein de compagnie, plus chers les unes que les autres ! Le mieux, c’est d’acheter son billet dans les petites guérites situées directement sur le port, vous les paierez moins cher. Il y a environ 1 heure de traversée. L’île est sympa, mais à part un monastère et des pistaches, il n’y a pas grand chose à voir. Eviter de manger dans un restaurant sur place : ils sont chers et pas bons ! Les plages sont sales, n’hésitez donc pas à louer des vélos et à vous éloigner.

4ème jour : Nous avons été visiter les Halles, situées un peu au dessus d’Omonia. Âmes sensibles s’abstenir ! On ne peut les visiter que le matin, et on assiste à un spectacle de boucher : animaux éventrés, viscères pendues… Mais il paraît que c’est typique, alors…
après, nous avons enchaîné avec le Temple de Zeus, le vieux stade olympique (énorme, faites vous une course absolument !), et pour finir, l’ascension du Mont Lycabette, plus haut point d’Athènes, qui domine toute la ville. La montée est assez dure, alors avis aux asthmatiques : n’oubliez pas votre ventoline !
Enfin, nous avons fini par le Plaka, quartier chic et artistique d’Athènes, réplique de notre Montmartre. Très sympa, mais très chic, et donc très cher ! Mais bon, manger là bas vaut le coup, ne serait-ce que pour l’ambiance…

5ème jour : Journée au Cap Sounio. Prendre le bus local près de la place Victoria. Départ toutes les heures et demie environ, compter 3 heures de route à peu près. Une fois sur place, idem que pour Egine, il n’y a pas grand chose à faire, à part la plage (sympa), et le temple de Poséidon, magnifique vestige. La vue est également superbe, donc, ne pas oublier l’appareil photo !

6ème jour : Pour finir, musée des Arts Cycladiques, très sympa, mais pas souvent ouverts, donc se renseigner avant pour les horaires ! Et pour le dernier dîner, nous sommes allés déguster une sélection de spécialités grecques dans un restaurant pas très cher, situé dans une rue parallèle de la Plaka, et dont le patron est français. L’adresse : Sholarhio Ouzeri Kouklis, Tripodon, 14 Str. PLAKA. Tel : 10-3247605

Voilà, pour conclure, je dirai que Athènes est une ville sympathique, mais que une semaine suffit pour en faire le tour. Si vous souhaiter communiquer, sachez qu’il y a énormément de cabines et de cybercafé, le meilleur étant celui près de la place Victoria.
Le seul reproche que je ferai, c’est que les athéniens ne sont pas globalement super sympathiques. Très blasés vu le nombre de touristes qu’ils voient défiler, ils feront rarement l’effort de vous aider ou de vous comprendre, même si bien sûr, il ne faut pas généraliser, et qu’il y a des exceptions. Il ne faut pas non plus croire que les athéniens sont méchants, en fait, ils s’en foutent, tout simplement, ils ne vous calculent pas. En tout cas, si j’y suis allé deux fois, ce n’est pas à cause de ses habitants :-)

Sur ce, bon voyage, et surtout, racontez nous ! ! !