vendredi 3 août 2007

Touchez le rêve américain...

New-York, la grande, l’intouchable, ou l’incarnation type du rêve américain. J’ai eu l’occasion de découvrir cette ville magnifique sur 3 jours, au mois d’Août 2001. Je vais donc essayer de vous donner mon programme, au jour le jour, qui fut bien chargé.

Se loger : Pour se loger à New-York, les prix sont chers, très chers. Si votre budget est restreint, ne pensez même pas à l’hotel. Il vous reste les auberges de jeunesse, plus abordables. Pour ma part, étant équipé d’un véhicule, j’ai opté pour… le camping ! Et oui, beaucoup d’américains voyagent ainsi. Bien sûr, vous ne trouverez pas de camping proche de New-York, mais assez tout de même pour vous permettre de profiter d’un logement pas cher, et vous laisser de l’argent pour le reste.

Pour ma part, je suis descendu au Blackbear Campground (http://www.blackbearcampground.com). Les sanitaires laissent quelque peu à désirer, mais au moins, les douches ne sont pas payantes, comme dans de nombreux autres campings aux USA. Le terrain est vaste. Pour y accéder, le plan indiqué sur le site est très bien fait, et si vous suivez clairement les indications, vous n’aurez aucun mal à trouver. Pour rejoindre New-York, comptez environ une heure en voiture.

Se garer à New-York : Malheureusement, la plupart des parkings sont payants, les moins chers étant à 19 $ la journée. Le mieux est donc de vous garer rapidement, et de circuler à pied ou en métro par la suite.

L’arrivée : Ce qui se dégage lorsque l’on arrive sur New-York, en premier lieu, c’est un impression de grandeur, de démesure. Tout paraît plus grand, les distances sont multipliées… Vous aurez aussi une agréable impression de sécurité : il y a des agents de police partout, vous ne pouvez pas les rater ! Et encore, on ne compte pas ceux qui sont en civils pour passer inaperçus.


J’ai eu la chance d’arriver un dimanche. Et le dimanche, c’est jour de messe. Je me suis donc rendu à Harlem, le quartier noir de New-York, pour écouter du Gospel (souvenez-vous des clichés de « Sister Act », ce sont les mêmes !). Pendant très longtemps ce quartier a été l’un des plus dangereux. Mais avec la croissance, les investisseurs sont revenus dans le quartier. Et même si cela ne se voit pas encore, Harlem est en train de devenir un quartier chic où les prix flambent.

Pour écouter du Gospel, je vous conseille l’Abyssinian Baptist Church, située à l’angle de la 138ème rue et de la 7ème avenue (Adam Clayton Powell Boulevard).C’est la plus vieille église noire de New-York, mais également la plus célèbre, et donc la plus touristique ! Donc, si vous voulez avoir une chance de vous asseoir, allez plutôt à la messe de 9 heures. Si toutefois vous ne pouvez aller qu’à celle de 11 heures, essayez d’être là au moins une heure avant. Au pire, vous pourrez trouver une autre église dans le quartier, moins populaire, mais tout aussi sympathique. Les voix des choristes sont extraordinaires, et il n’est pas rare d’avoir des frissons… Bien entendu, caméras et appareils photos sont interdits.

Après, je suis redescendu sur Central Park, pour pique-niquer. Je suis aller du coté de la 5ème avenue. Ce parc est vraiment extraordinaire ! Il y a des animaux partout, des routes réservées aux cyclistes, aux rollers, et à tous engins non motorisés ! L’herbe est verdoyante, même en été. Enfin, il y a également un zoo, plusieurs petits monuments, et il n’est pas rare qu’il y ait des animations de rue.

J’ai continué mon bonhomme de chemin sur la 5ème avenue, quartier chic de New-York, entouré de plusieurs tours, dont celles du milliardaire Trump. Pour le shopping, je vous conseille le Rockfeller Center, situé un peu plus en contrebas de central Park, sur la droite. Par contre, ne dépensez pas tous vos deniers, car les prix sont excessifs !

Le deuxième jour, j’ai été au World Trade Center, pour voir les Tour Jumelles ou Twins. Elles sont réellement impressionnantes, surtout lorsque l’on est à leurs pieds ! Bien entendu, aujourd'hui, comme chacun le sait, ce n'est plus d'actualité. De mon coté, j'ai eu la chance d'y aller 3 semaines avant la date fatidique...

Après, je suis descendu sur Wall Street, pour voir un peu à quoi ressemblait le quartier des golden boys. Contrairement à ce que l’on croit, il est très étriqué, et assez petit. J’en ai profité pour déjeuner au Mc Do de Wall Street. Pourquoi ? Et bien, parce que c’est le Mc Do le plus chic du monde (il dispose même d’un pianiste qui joue au milieu des mangeurs indifférents) et le plus cher (près de 50 Frs le premier menu !). Donc, si votre budget est un peu serré, ne faites que passer !

Je suis ensuite descendu à pied aux embarcadères pour Staten Island et Ellis Island. Si vous embarquez pour Staten Island, sachez que vous ne paierez rien. Vous passez tout près de la statue de la liberté, et vous pourrez la prendre en photo. Ne descendez pas, il n’y a rien à voir sur Staten, revenez directement.

Si vous choisissez Ellis Island, ne descendez pas au premier arrêt (statue de la liberté, inutile et pas très impressionnant), mais au 2ème, au musée de la civilisation étrangère. Il est très bien fait, notamment le petit casque audio en français. Prenez le temps de voir un maximum de films. L’entrée du musée est gratuite, vous ne paierez donc que votre place de bateau, soit 7 $ pour les adultes, 3 pour les enfants.

Ensuite, remontez en métro (climatisé s’il vous plait) sur Times Square (c’est direct). Les enseignes lumineuses le soir sont impressionnantes. Si vous n’arrivez pas trop tard, vous pouvez en profiter pour faire la tour Warner Bros. Trouvez-vous un restaurant sympa pour manger dans le coin. Après, si il vous reste encore des forces, tentez l’Empire State Building de nuit, pas très loin à pied. Pas la peine d’y monter, à part si vous avez de l’argent à perdre, car la vue est la même que celle en haut des Twins.

Le troisième jour, j’ai commencé mon périple par Chinatown. De tous les quartiers visités, c’est celui qui m’est apparu comme le plus populaire, et donc aussi le moins sûr. Les odeurs de poisson vous montent vite à la tête également. Parallèlement, en pleine journée, vous n’avez pas grand chose à craindre. Et c’est surtout là que vous devez « claquer » votre argent. Centre de la contrefaçon, vous trouverez quasiment de tout : tee-shirts Ralph Lauren, casquettes en tout genre, babioles diverses, paires de Oakley… Pensez à négocier les prix, et ne vous précipitez jamais pour payer. Prévoyez un budget à l’avance (50 $ me paraît largement suffisant), et ne sortez pas tout votre argent d’un coup.

Après, je suis remonté sur Little Italy, après avoir traversé Canal Street, véritable frontière entre ces deux quartiers. Pour cela, j’ai emprunté Broadway, la grande rue (à na pas confondre avec la petite, située quelques pâtés de maison plus loin). Ici, vous trouverez de nombreuses boutiques de fringues détaxées (Levi’s, Calvin Klein, Docker’s, sweat-shirts…). Celles-là, par contre, sont vraies ! Ce ne sont pas des contrefaçons. Seul inconvénient : vous ne pouvez pas vraiment flâner, un vendeur vous abordera très rapidement.

Enfin, je suis aller flâner sur Soho, et Greenwich Village, un peu plus haut. J’en ai profité pour dégoter un petit restaurant très sympa, très bon, et pas cher du tout : le Piccola Cafe, au 594 Broadway. Leurs pâtes sont délicieuses, et leurs sauces encore plus ! Si vous désirez être encore mieux servi, demandez Bhulu Bhuiyan, qui est le gérant depuis plus de 10 ans. Dans tous les cas, même si il n’est pas là, mangez-y quand même, cela vaut vraiment le coup !

Enfin, le ventre bien rempli, pour digérer, je vous conseille d’aller vous balader sur le pont de Brooklyn de nuit. La vue est magnifique. Les piétons marchent au dessus des voitures. Il y a également une voie spéciale pour les vélos et les rollers.

Voilà, à peu près, comment remplir 3 de vos journées à New-York. Restez cependant conscient qu’il reste encore beaucoup de choses à voir. Cependant, si vous suivez à peu près ce programme, vous en aurez déjà vu une bonne partie.
En complément, je rappellerai juste que les taxes, aux USA, ne sont pas comprises. Donc, lorsque vous voyez un prix affiché, n’oubliez pas de lui rajouter 15 %.

En conclusion, je dirai que New-York est une ville magnifique, et que ses habitants sont très sympathiques, très loin de l’image que nous pouvons avoir d'eux par moment.