samedi 12 avril 2008

Mongol

Évocation réussie du fondateur de l’Empire mongol, le film de Sergei Bodrov s’attache avant tout à retranscrire le plus fidèlement possible une aventure et un destin exceptionnels. À des années lumières d’un film belliqueux, « Mongol » met en scène la personnalité de celui qui fut à la tête du plus grand Empire de l’Histoire de l’humanité.



Fresque épique balayant la jeunesse, la persécution, l’esclavage puis la montée en puissance du jeune Temüdjin, futur Gengis Khan, le long-métrage de Sergei Bodrov est tout sauf une débauche de batailles et d’effets spéciaux grandiloquents. Au contraire, le cinéaste nous gratifie de paysages sublimes et de décors cyclopéens pour le plus grand bonheur du spectateur. Emprunt d’un certain mysticisme, le film nous montre un Temüdjin passionné et doté d’un charisme exceptionnel, mais qui n’aurait rien accompli sans aide.

Par moments trop dramaturgique et pédagogique, « Mongol » prend son temps dans sa reconstitution pour nous permettre de mieux apprécier la personnalité de Temüdjin ainsi que le monde dans lequel il évoluait. Il en découle nécessairement des longueurs, vites éclipsées par la réussite esthétique du long-métrage.

Le rôle principal du film est tenu par Tadanobu Asano, que les amateurs de cinéma asiatique ont déjà vu dans le surréaliste « Ichi the killer » du non moins décalé Takeshi Miike, mais également dans le remarquable « Café Lumière » de Hou Hsiao Hsien ou dans le réjouissant « Taste of tea » de Ishii Katsuhito. Il a également tourné devant la caméra de Kitano pour « Zatoïchi » et « Takeshi’s ». Sa performance est à l’image de son personnage : immense. Beaucoup de retenue, de bellicisme latent, de vengeance inextinguible derrière cette figure d’un autre âge. Le reste du casting est loin d’être anecdotique et se compose d’une pléiade internationale de comédiens tous justes dans leur interprétation.

Nommé aux Oscars dans la catégorie « meilleur film étranger », « Mongol » mérite amplement cette citation même s’il lui manque un tantinet d’émotion pour demeurer dans les annales. En outre, se cache derrière une grosse production avec une équipe digne de films hollywoodiens et des centaines de figurants. Mais ne boudons pas notre plaisir devant les paysages exceptionnels de la Chine, du Kazakhstan et de la Mongolie, ni devant la fresque brillamment mise en scène par Sergei Bodrov.