mercredi 7 janvier 2009

Twilight - Chapitre 1 : fascination

Adapté du best-seller éponyme de Stephenie Meyer, « Twilight - Chapitre 1 : fascination » est la confirmation de la pandémie Harry Potter : tout phénomène littéraire grand public accouche d’une adaptation cinématographique. Le long-métrage de Catherine Hardwicke s’inscrit dans ce credo hollywoodien et offre une œuvre lisse et consensuelle, essentiellement destinée à un jeune public.



L’histoire met en scène Isabella Swan (Kristen Stewart) au moment où elle rejoint son père divorcé dans une petite ville de l’état de Washington. Son quotidien au lycée se trouve bousculée par l’entrée en scène de l’étrange et blafarde famille Cullen. Isabella va rapidement s’éprendre d’Edward, l’un d’entre eux. Si leurs sentiments sont réciproques, la vérité qui se cache derrière cette famille va précipiter la jeune héroïne dans une spirale aussi dangereuse que morbide.

Variation sur le thème de l’amour impossible, « Twilight » nous inflige malheureusement tous les clichés d’un genre éprouvé. Les joies, les peines, les états d’âme de ce couple improbable nous ennuient, mais peuvent peut-être séduire les amateurs de romantisme un brin guimauve. L’élément fantastique, devant apporter une approche nouvelle à ce thème, est extrêmement mal amené, et le mystère entourant la condition de la famille Cullen est traité de manière trop simpliste. D’une prévisibilité et d’une transparence pathétique, le scénario de ce film ne génère aucun suspense et ne suscite aucune passion.

Certes, d’aucuns diront que le travail sur l’atmosphère est réussi et que les décors sont beaux. Mais les effets spéciaux médiocres et le maquillage niveau amateur ne sont pas à la hauteur d’un projet de cette envergure. Pire, le pseudo beau gosse et vampire torturé à ses heures, incarné par Robert Pattinson (déjà mou dans « Harry Potter et la coupe de feu »), traîne maladroitement ses moues inexpressives et ses sourcils façon snickers, et enfonce encore un peu plus bas le niveau du film. Reste tout de même la performance convaincante de Kristen Stewart (dont la filmographie pour son jeune âge est ahurissante) qui sauve du naufrage le long-métrage de Catherine Hardwicke (qui a pourtant réalisé les excellents « Thirteen » et « Lords of Dogtown »).

« Twilight » ne se donne pas les moyens d’être sublime ni subtil. Au ras des pâquerettes du début à la fin, le film laisse songeur quant à son succès phénoménal outre-atlantique. De part son contenu et ses thèmes, il s’adresse avant tout à un jeune public déjà acquis à sa cause. Pour les autres : aucune poésie, aucune surprise, aucune envie. Rien.

Date de sortie : 07 Janvier 2009
Réalisé par Catherine Hardwicke
Avec Kristen Stewart, Robert Pattinson, Billy Burke
Film américain. Genre : Fantastique
Durée : 2h 10min. Année de production : 2008