lundi 9 novembre 2009

Dans l'intimité des écrivains

Agathe Colombier-Hochberg,
éd. Eyrolles
A partir de 17,10 € sur Amazon.fr

L'auteure de cet ouvrage nous plonge dans l'intimité des grands écrivains à travers leurs lettres, journaux ou souvenirs et s'inscrit en ce sens dans la veine des recherches de Philippe Lejeune ou de Béatrice Didier sur le journal intime. Le propos n'est cependant pas ici universitaire. Agathe Colombier s'est en fait attelée à composer une anthologie qui regroupe notamment quelques passages fameux de la littérature intime : c'est Rousseau clamant son innocence lorsqu'on l'accuse d'avoir cassé les dents d'un peigne, c'est encore Romain Gary qui évoque l'amour maternel dont il a été victime dans cette formule sévère : « Avec l'amour maternel, la vie vous fait à l'aube une promesse qu'elle ne tient jamais. »


On découvre également dans ces « coulisses » des écrits moins connus comme les lettres enflammées du jeune Apollinaire à sa Lou. On lit dans les carnets d'Albert Cohen sa détresse profonde et touchante qu'il ressent face à la mort. Tous ces écrits, organisés chronologiquement (de l'enfance à la maturité) et par thèmes nous rendent compte des émotions de ces talents littéraires qui sont aussi la matière de leur oeuvre. La littérature est en certains points la transformation brillante de ces états d'âme que tout homme peut un jour ressentir : l'amitié, le bonheur, la jalousie, la foi, le deuil sont quelques uns de ces états affectifs confiés par les auteurs. Leur style naît de la maitrise et de la transfiguration d'une intimité qui nous rapproche, nous lecteurs de ces plumes ainsi que l'écrit Agathe Colombier : « En nous faisant partager les moments les plus intenses de leur vie, c'est la nôtre qu'ils évoquent ». Cette compilation, bien orchestrée, est un écrin de pages sensibles, délicates, sublimes par moments qui témoignent de la meilleure façon de l'incroyable richesse intérieure de l'homme.