mardi 1 décembre 2009

Saïd, Petit Prince du désert

Michel Bordage,
éd. A.L.T.E.S.S., 142 p.,
A partir de 19 € sur Amazon.fr

Le narrateur de ce conte aux accents philosophiques est un écrivain que l'on découvre errant et alcoolique dans les ruelles d'Essaouira au Maroc. Il a l'allure d'un être sans âme, terriblement abîmé et la rencontre avec le jeune Saïd va lui être salvatrice. Avec toute la naïveté de son cœur, le garçon commence par lui rappeler son passé et lui dire un peu mieux qui il est, lui, l'homme perdu et oublié. Et puis l'échange sacré est lancé et va désormais lier les deux compères : Saïd empêchera Paul de boire tandis que ce dernier lui apprendra à lire et à écrire.




Ce conte est tout à la fois le récit de l'apprentissage du jeune et naïf garçon que celui du ré-apprentissage de Paul aux saveurs de la vie : les deux destins si opposés de l'innocence orientale et de l'occidental névrosé et alcoolisé se croisent et s'accordent pour grandir ensemble. Les deux compères embarquent ainsi pour un voyage qui sera leur quête initiatique et leur révélation. Cette fable moderne ressuscite un peu cette poésie légendaire du Petit Prince de St Exupéry : car Saïd est un prince, un bon prince qui conduit l'âme de son compagnon vers sa lumière et tout le récit s'inonde au gré des pas des voyageurs de cette clarté bienheureuse.