jeudi 15 août 2013

Le jeudi, Stéphane décape l'actu !* Dépêches en pagaille !


• Ayrault, ou la parenthèse inattendue.

Après quelques semaines de vacances qu’on aurait bien aimé beaucoup plus longues, Jean-Marc Ayrault a souhaité accueillir lundi dernier un public peu coutumier des lieux de pouvoir, puisqu’il s’agissait d’environ 300 enfants et adolescents venant de milieux défavorisés. 

" Vous êtes ici chez vous " leur a lancé fièrement le premier ministre, avant de poser une question particulièrement originale : " Dites-moi, qu’est-ce que vous voulez faire plus tard ? ".

Kevin, 13 ans, a été le premier à prendre la parole, non sans l’avoir préalablement poliment demandé en levant le doigt : " Moi je sais que la vie est courte, et qu’il ne faut pas la perdre à l’école mec, alors j’ai déjà ouvert mon commerce de crack et d’iPhone volés en bas de mon immeuble, et ça cartonne un max comme business. Quoi, tu comprends quoi, je fais tourner l’économie locale quoi ! ". 

Choqué par une telle intervention, le premier ministre a préféré rapidement donner la parole à la petite Julie Depardieu, 9 ans : " Moi, je trouve que l’école, c’est très important, et d’ailleurs, j’y vais presque tous les jours. Dans 10 ans, j’aurais monté mon entreprise de logiciels spécialisés dans la réalisation de micro processeurs à têtes perforées dans la Silicon Valley.

En réponse à la remarque de Jean-Marc Ayrault tentant d’expliquer à Julie qu’elle ferait mieux de rester en France pour des raisons fiscales et administratives, tous les enfants, et même quelques gardes républicains présents dans l’enceinte de Matignon, n’ont pu s’empêcher d’éclater de rire.

« Je trouve ça assez minable » a simplement ajouté le premier ministre, avant de repartir en vacances.

• Hyperloop : l’avenir encore plus vite.

Elon Musk, créateur du système de paiement PayPal, a présenté cette semaine sa nouvelle idée : l’Hyperloop. Ce moyen de transport totalement révolutionnaire devrait relier, d’ici quelques années, les villes de San Francisco et de Los Angeles, et ce en moins d’une demi-heure.

Le principe de fonctionnement, relativement simple, peut se résumer ainsi : les passagers seraient propulsés à la vitesse du son dans un tube sous vide grâce à un champ électromagnétique. 

Ce qui est présenté comme une première n’en est pas du tout une puisque ce système permettant de voyager à très grande vitesse à l’intérieur d’un tube existe au déjà au CERN  (Conseil européen pour la recherche nucléaire) depuis plusieurs années, et ce sous la forme d’un accélérateur de particule. En effet, le LHC est constitué d’un tube en forme d’anneau de 27 km de circonférence, et permet de propulser des particules à des vitesses proches de la lumière. 

" Ce moyen de transport est parfaitement utilisable pour des personnes de très petites tailles, et surtout qui acceptent d’arriver au même point que celui d’où elles sont parties " a tenu à déclarer l’actuel ministre des transports Frédéric Cuvillier.

• Sortie du tout premier smartphone nord-coréen.

Après avoir lancé une fusée dans l'espace, puis déclenché un essai nucléaire, le dictateur nord-coréen Kim Jong-Un a tenu personnellement à présenter « l’Arirang », premier smartphone local. 

Devant un parterre de journalistes triés sur le volet, c’est-à-dire du parti unique mais sans appareil photo ni stylo, c’est avec une fierté non dissimulée que Kim a présenté ce petit bijoux de technologies : " Ce téléphone permet des passer des appels gratuits directement au siège de parti, qui les redirigera vers le correspondant demandé si ce dernier n’est pas emprisonné. "

Seul modèle au monde à n’avoir ni accès à Internet, ni appareil photo, ni même de batterie (connexion au secteur obligatoire), " l’Arirang " devrait rapidement monopoliser le marché intérieur nord-coréen.

• Auto-entrepreneurs : le gouvernement a compris qu’il ne comprenait pas.

Le projet de réforme du régime des auto-entrepreneurs, qui prévoyait de fixer le seuil maximal à 19 000 euros par an pour les professions de service, vient d’être abandonné par le gouvernement.

Institué en 2009 pour encourager la création d'entreprises, ce régime avait été vivement critiqué par le gouvernement socialiste à son arrivée au pouvoir qui avait prévu de le supprimer, puis de le limiter en durée, puis en chiffre d’affaire, puis en bénéfices, et enfin en largeur et en hauteur. 

Après s’être rendu compte que moins de la moitié des auto-entrepreneurs présentaient un chiffre d’affaire positif, et après avoir considéré que la création d’entreprise n’était pas finalement forcément un mal en soi, le premier ministre a préféré mettre fin à la polémique : " Concernant le statut des auto-entrepreneurs, j’ai choisi de ne rien faire. Je vous l’avais déjà dit à l’Assemblée nationale et je vous le répète : je sais où je vais !!! ".

Stéphane Halimi

*Parce que se tenir au courant de l'actualité c'est bien, mais en rire c'est mieux, retrouvez dorénavant la chronique satirique de Stéphane Halimi, tous les jeudis. Toute ressemblance avec des personnes ou des faits existants n'est donc pas fortuite, seulement décapée par ce rédacteur loufoque et décalé.