vendredi 24 janvier 2014

Friday wear*... L'IVG encore menacée, et si on arrêtait les conneries !

La semaine dernière, nous avons vu que le cœur a ses raisons que la raison ignore. Aujourd'hui, nous verrons, pourquoi les femmes doivent encore revendiquer que leur corps leur appartient !


(c) Dina Goldstein

Régression, voilà le premier mot qui me vient quand j'apprends que l'Espagne réduit l'accès à l'ivg à des critères d'un autre temps et inadmissibles. 

D'autres mots ont suivi, mais la décence m'empêche de les retranscrire ici.

Quand, en plus, je vois la manif abjecte anti-avortement de civitas,  quej'entends aux infos du matin, qu'en France, à l'Assemblée, 19 députés, dont 4 femmes (!) ont voté pour le déremboursement de l'ivg et que le FN parle encore "d'avortement de confort", alors là, j'explose !

Mais enfin, jusqu'à quand l'Etat va-t-il se mêler de la vie intime et sexuelle des femmes ? Jusqu'à quand, allons-nous tolérer que des instances rétrogrades et intrusives décident de nos vies ?

Et puis, quid du père ? 

Oui, car s'il y a grossesse, il y a eu rapports sexuels entre un homme et une femme. Même si, il y a plus de 2000 ans, le Saint-Esprit a tenté sa chance, vu les conséquences, il n'a pas réitéré !

Alors, si on oblige les femmes à devenir mère malgré elles, je propose que dans le même temps, on oblige les géniteurs à être père !

En cas de rébellion, un test ADN serait imposé, avec à la clé, bien sûr, l'obligation de participer à l'éducation du poupon et pas seulement financièrement. Aucune alternative pour l'heureux papa, voire même, une peine de prison ferme pour les plus récalcitrants. Félicitations, vous écopez d'un enfant à perpétuité !

Je ne serais pas étonnée que la recherche pour la pilule masculine et la vente de préservatifs fassent un bond remarquable !

Sérieusement, on ne peut obliger quiconque à devenir parent. C'est une aberration ! 

Et pense-t-on seulement à la vie de l'enfant non désiré, qui suivra ? 

Rappelons encore qu'un avortement n'est jamais un acte de "confort" mais bien une décision difficile, personnelle et indélébile. 

En conclusion : Porter un enfant est un choix qui n'appartient qu'aux femmes. Alors qu'on nous foute la paix avec ça, une bonne fois pour toutes ! Et de cesser de confondre maternité et féminité, mais ça, c'est une histoire...

Téri Trisolini


*Détendons-nous c'est vendredi. Billet d'humeur donc :)

Mobilisation :

Manifestons partout ensemble SAMEDI 1° FEVRIER
14h – Paris - Place Joffre jusqu’à l’Ambassade d’Espagne