jeudi 13 février 2014

Nouveauté ! Les théories de Virginie : Théorie #1 Le coup de foudre : chimie, psycho ou cosmo ?

Théorie #1

Le coup de foudre : chimie, psycho ou cosmo ?


(c) yumchocolate

Qui n’a jamais vécu telle situation ? 

Un inconnu s’installe à côté de nous dans le métro. On ne l’a pas vu arriver, on ne sait pas à quoi il ressemble, et pourtant on ressent un besoin irrépressible de voir son visage : on en est convaincu, il doit être à notre goût. Parfois, nous avons confirmation et parfois non.

Quotidiennement, nous croisons le chemin de dizaines voire de centaines d’inconnus dans les transports en commun, alors comment et pourquoi une personne, cette personne-là en particulier, nous a-t-elle extraits pour quelques secondes ou quelques minutes de nos pensées ? Sont-ce ses gestes, son odeur, un sentiment douillet à son contact… ?

Autre situation : lors d’une réunion professionnelle ou au cours d’une soirée entre amis, il vous est sans doute déjà arrivé d’éprouver la sensation imminente que vous connaissez déjà cette personne que l’on vient de vous présenter, qu’elle vous est familière ou qu’il y a une correspondance tacite entre vous ? Vous avez envie d’aller vers elle (plutôt que les autres), vous avez le sentiment de partager ses idées sans rien savoir de cette personne.

Parfois, la personne correspond objectivement à nos critères de séduction (ou ressemble à notre sœur, notre ex ou notre meilleur ami), parfois il n’y a aucune explication à la chose : on aime bien cette personne instinctivement, quelque chose nous porte vers elle, on a envie d’en savoir plus.

Ces phénomènes, on les a tous ressentis plusieurs fois au cours de notre vie, parfois dans une moindre mesure, parfois de façon tout à fait éphémère, parfois comme une vraie rencontre –amicale, amoureuse ou professionnelle.

En parallèle, on a tous eu des coups de cœur, des attirances, des rencontres agréables, des rencontres étonnantes. Certaines personnes ont éprouvé des amours platoniques, quand d’autres se sont sentis dévorés par la passion…


(c) Jqn Maen

Il demeure un phénomène tout à fait particulier, extrêmement rare et pourtant beaucoup idéalisé (cf. les comédies sentimentales), c’est celui du coup de foudre.

[APARTE] A ceux qui diront « je pense que j’ai eu un coup de foudre », ma réponse sera claire : on ne pense pas qu’on a eu un coup de foudre, on l’a et on le sait car la vie n’est plus jamais la même après l’avoir expérimenté. Ce qui n’empêche pas, bien entendu, de pouvoir être intensément troublé ou séduit par certaines rencontres. Il s’agirait peut-être de « mini » coups de foudre, mais le coup de foudre dont je m’en vais vous parler, c’est le vrai, le grand, l’unique !

Le coup de foudre, la fête de tous les sens

Le coup de foudre est un phénomène physiologique d’une grande force. Les grands penseurs comme les scientifiques qui se sont penchés, en nombre, sur la question, s’accordent à le dire : le coup de foudre est aussi exceptionnel que l’éruption d’un volcan endormi.

Et le nombre de relations vécues ne change rien à l’affaire. Il est en ceci différent du coup de cœur ou de l’attirance qu’il met en exergue d’un seul coup et de façon incontrôlée tous les sens ; il fait monter la pression artérielle, accélère la respiration, et il touche à la conscience même de la personne.

(c) Little Pinwheel

Le sujet qui ressent un coup de foudre se trouve comme projeté hors du monde. Sa conscience est affectée, troublée. Pour les sciences du comportement, comme l’éthologie* , le coup de foudre aurait une explication purement chimique. 
* Éthologie : étude du comportement des espèces.

Nous sommes des êtres de chair et de phéromones**

Nos phéromones  parlent pour nous, dans un langage invisible, inodore, insondable. On parle souvent d’« atomes crochus ». Comment expliquer que nous nous sentions immédiatement en confiance avec certaines personnes et a contrario, que d’autres nous « rebutent », sans même savoir pourquoi ?

De nombreuses expressions nous donnent des indices de ce phénomène : on dit « avoir quelqu’un dans le nez », « ne pas le sentir » ou « se sentir bien avec »…


(c) Jgn Maen

Chez l’humain, le capteur des phéromones est situé dans le nez. Il nous guiderait vers des personnes plutôt que d’autres, sans que le physique n’ait à y voir. Le coup de foudre serait un mécanisme résultant de l’alchimie entre les phéromones d’un sujet A et d’un sujet B, avec une attirance physique et psychique contre laquelle on ne peut résister.

**Phéromones : substances chimiques émises par la plupart des animaux jouant un rôle dans l'attraction sexuelle.

Mais nous sommes aussi des êtres d’expériences et de pensées

Une autre théorie issue de la psychologie remet en question l’aspect simplement biochimique du coup de foudre : cet instant « hors du temps » serait induit par la rencontre imminente d’un ensemble de caractères familiers. Dès la naissance, nous serions touchés par des odeurs, un regard, des expressions, une voix, un sourire, une texture de cheveux…

Toutes ces qualités stockées dans l’inconscient, lorsqu'elles se trouvent réunies en une même personne, engendreraient une impression instantanée de reconnaissance.

(c) Nawden

Le sentiment d’évidence devient alors prépondérant – comme si cette rencontre était celle d’une vie. Un mythe grec ancien évoquait dans la quête de l’amour la recherche de sa propre complétude.

La rencontre d’un être capable de « nous combler » (encore faut-il avoir la sensation qu’il nous manque quelque chose et que ce quelque chose se trouve à l’endroit du cœur) est perçu avec beaucoup d’intensité, ─à tel point que s’il peut donner lieu à une relation extrêmement satisfaisante et épanouie, il peut également ouvrir la porte à toutes les frustrations (si la personne n’est pas disponible par exemple ou que le coup de foudre n’est pas réciproque).

Le coup de foudre serait l’instant où notre intériorité profonde trouve sa résonance absolue avec le monde extérieur (par le biais de la rencontre). Et alors, comment ne pas nous attacher spontanément (ou nous enchaîner) à cet être unique qui en possédait la clé ?

Et peut-être même des âmes heureuses âm-oureuses

A propos de reconnaissance, une autre théorie partagée par des adeptes de développement personnel ou de spiritualité, fait état de familles cosmiques. Nous sommes sur terre pour suivre un chemin personnel, accomplir son dessein. Nos rencontres ne sont jamais fortuites, elles nous amènent à grandir, évoluer, nous déstabiliser pour nous « repositionner ».

Elles peuvent être des épreuves, des « essais » ou des appuis pour avancer vers l’accomplissement ou modifier notre environnement. Au cours de notre vie, nous rencontrons des personnes avec des problématiques différentes, que celles-ci nous renvoient à nos propres
(c) Effie Elysia

questions – et dans ce cas, on s’enrichit, on s’épaule pour y répondre ou au contraire, on se fuit pour ne pas s’y confronter – ou qu’elles nous paraissent totalement étrangères. La familiarité que nous éprouvons dans certaines rencontres, amicales ou amoureuses, ne s’explique pas automatiquement.

Certes, notre éducation, nos caractères, nos expériences peuvent créer les affinités, mais parfois nous éprouvons un attrait pour une personne avant même qu’elle n’ait prononcé le moindre mot (et on ne parle pas d’une attirance physique ou sexuelle) ou avant même de connaître quoi que ce soit de sa vie ou de son tempérament.

On a juste la sensation que ce n’est pas la première fois que l’on se rencontre. Peut-être cette personne appartient-elle à la même « famille d’âmes », ces énergies qui se croisent sur terre pour s’apporter quelque chose. 

Alors à votre avis, le coup de foudre, c’est dans les odeurs, dans les souvenirs ou dans les énergies ? A chacun sa théorie, à moins que l’amour ne soit le sentiment le plus complexe qui soit…

La rédaction de HI-zine.fr est heureuse d'accueillir Virginie Hywey, dans sa Dream-Team. 

Mais qui est Virginie Hywey ? C'est encore elle, qui en parle le mieux !

« Dans ma besace, j’ai des théories en nombre et dont je ne sais plus que faire. Après avoir exténué la plupart de mes amis en leur exposant, au troquet du coin, les méandres de mes cheminements personnels, j’ai eu l’idée de partager aux lecteurs d’Hi-Zine, dont j’apprécie beaucoup l’orientation éditoriale, quelques-unes d’entre elles. 

Celles-ci ne s’appuient pas sur des études scientifiques ou philosophiques. Pour autant, elles ne sauraient être perçues –je l’espère- comme du prosélytisme. 

Elles entendent juste ouvrir la porte, à l’aide d’hypothèses, de questionnements, de balbutiements et parfois de babillements, à quelques réflexions ordinairement partagées. 

Mon crédo : faire sourire et penser. 
Mon crédit : je ne suis candidate à aucun siège. 
Mon crédu : même pas peur d’inventer.

Bonne lecture à tous ! V.H »