vendredi 2 mai 2014

Friday wear * Vive les mariés ? I do ou pas ? Ou quand le printemps, Brad, George et les autres, se la jouent Houdini** !

Vendredi 2 mai, peut-être jouissez-vous d'un pont printanier, propice aux grasse mat', sorties, et autres petits bonheurs, à savourer.


Les semaines à jour férié, m'ont toujours paru déformer la réalité spatio-temporelle. 

Si le jour off tombe le week-end, on peste un peu et puis, la vie continue. Autrement, le jour "dit" absorbe tout sur son passage et on ne sait plus si on est samedi, dimanche, ni si on doit penser à remettre son réveil ou pas ! 

Petit désagrément du quotidien bien anodin, comparé au cataclysme ambiant qui nous entoure, me direz-vous, avec raison. 

Effectivement, je pourrais revenir sur un Manuel Valls et ses 50 milliards, pris entre quatre feux, une Ukraine en perdition ou la polémique Caron-Arcady.

Cette dernière me rappelle d'ailleurs, une citation de Francis Blanche : " La télévision, c'est l'anti-spectacle. Remarquez : ça permet aux grincheux de se soulager." Il serait donc bon, de signaler à M. Caron, qu'il y des lieux d'aisance, pour cela.


Passons donc pour nous intéresser à l'annonce des fiançailles, de George Clooney avec Amal Alamuddin. Déjà, ce qui est amusant, ce sont les termes employés pour ce "non-événement", qui fait le tour de la terre.

A croire que cette brave Amal a décroché la queue du Mickey du manège, et gagné un tour de mariage gratuit ! Or de quoi s'agit-il ?

D'un côté, George Clooney, 53 ans, acteur-réalisteur-VRP-VIP de Nescafé, beau et ténébreux, divorcé depuis 20 ans-détail intéressant, on y reviendra- et surtout, renommé pour son "incapacité" à s'engager maritalement. 

Si ce n'est que ça, j'en connais pléthore des hommes, qui ne veulent pas se marier ! Des femmes aussi d'ailleurs, et tout le monde va bien, merci.

De l'autre, une belle avocate de 36 ans ( ce qui ne fait que 17 ans de différence, remarque la méchante chipie qui est en moi !), dont on ne sait rien, et dont on se fout. Enfin, je crois... Sauf que c'est elle, Amal, donc, qui a réussi la "prouesse" de se fiancer avec le beau George.

Alors là, moi, je dis, attention ! Jamais on a vu et jamais on ne verra, (un papa tortue ?) que fiançailles = mariage !

**Harry Houdini - célèbre prestidigitateur et roi de l'escamotage, de la fin du 19e siècle.
Il en est mort...

Car enfin, si nous, la plèbe, nous passons la bague au doigt, environ un an après l'annonce des fiançailles. (je le sais, j'ai été mariée ! Oh mon dieu ! J'ai été mariée !!!! Oui, ça me fait encore cet effet là), ce n'est pas le cas de la "classe people" ! Loin s'en faut !

Prenons par exemple un poto de George, nommé Brad (divorcé), qui est fiancé à Angelina (divorcée) depuis 2 ans, sans que jamais une date de noces ne soient fixées. 

Ou bien, notre nouvelle copine, Kim Kardashian (divorcée) (encore elle? Ben oui, mais l'offre gratuite continuait jusqu'au 30 avril, alors bon... Je suis humaine, j'ai mes faiblesses), qui a reçu son ENORME cailloux de la part de son Kanye West, au milieu d'un stade, et qui s'amuse à poser en robe blanche sur les couvertures de magazines sans passer à l'acte ! 

Remarquez, en France aussi, on a des fiancés frileux, par exemple heu... Estelle Denis et Raymond Domenech. Mouais, c'est moins glam', c'est sûr...

A l'inverse, il existe aussi, des inconditionnels du mariage. A peine, leur cœur s'emballe-t-il, que paf ! Ils dégainent bague, flonflons, mairie et tutti quanti ! 


On retiendra Sacha Guitry, Eddy Barclay, Claude Lelouch ou Woody Allen... Réflexion faite, il est vrai, qu'aujourd'hui, ce phénomène tend à se raréfier... 

Il y a aussi les couples improbables dont on apprend le mariage avec stupéfaction ! La meilleure preuve fut Michael Jackson et Lisa-Marie Presley... Quelle rigolade !

Pour finir, ce couple sinistrement célèbre, qui se passera la bague au doigt in-extremis, avant de se suicider dans un Bunker... J'ai nommé Adolf Hitler et Eva Braun... D'une certaine idée du romantisme, de la classe supérieure, sans doute...




"Fiançailles" attention danger ! Prudence donc... Et puis, sans vouloir jouer les oiseaux de mauvaise augure, mariage ne veut pas dire, "amour toujours", surtout à Hollywood...

On passera sur ces divorces fracassants, qui inondent nos médias depuis des lustres. Revenons plutôt sur ces fiancés éternels, qui peinent à sauter le pas pour des raisons obscures et qui retiennent l'attention du monde entier... 

Notons, que pour les cas Brad-Angelina-George-Kim, il s'agit du clan des divorcés. Ce qui donne une jolie bande de pleutres !

Et je sais de quoi je parle ! Etant moi-même, divorcée (Oh Mon dieu ! J'adore ça !!!!),  je suis plutôt refroidie à l'idée de retenter l'expérience. Et de me souvenir de mon mariage comme une formidable hallucination collective ! Car enfin, "jurez-vous de vous aimer et de vous soutenir, pour le meilleur et pour le pire, jusqu'à ce que la mort vous sépare ?", soyons sérieux ! Le parjure est inévitable !  

Bien sûr, il subsiste encore, et heureusement, quelques couples qui durent... J'en connais même dans la vraie vie. Et, je leur tire mon chapeau !

A croire, donc, que le mariage reste une institution sacrée, à laquelle, notre société 2.0, reste étrangement attachée. Combien de spectateurs déjà, pour l'union du Prince William et Kate Middleton ?

Sommes-nous plus traditionalistes et midinettes que nous ne laissons paraître ?... Je m'interroge...

Et de me rappeler, non sans une certaine tendresse, du couple mythique et flamboyant "Elisabeth Taylor-Richard Burton", qui se mariaient et divorçaient à tour de bras, pour se retrouver dans des passions amoureuses intenses et destructrices.
Mais ça, c'est une autre histoire...

Téri Trisolini



Voici le mois de mai
Où les fleurs volent au vent
Voici le mois de mai
Où les fleurs volent au vent

Où les fleurs volent au vent
Si jolies mignonnes
Avec les fiancés dedans,
Si mignonnement...







*Détendons-nous c'est vendredi. Billet d'humeur donc :)