vendredi 13 juin 2014

Friday wear* Partie de campagne ou d'une certaine parenthèse "IN" attendue...

Juin galope et l'actualité s'affole !

Les Oiseaux

Voyons un peu.

Le FN qui fait une lessive familiale médiatique, (à tous les coups, c'est une Bosh...) ou quand la bête vide ses entrailles, pour y lire un funeste avenir...

Un Godard, à bout se souffle, qui confond, probablement, réalité et fiction, en proposant une marinade pour premier ministre.

L'euthanasie devant la cour de justice, ou comment faire d'un acte pour le respect de la dignité humaine, un crime.

Jeu de quilles à l'UMP, ou quel sera le boulet qui  gagnera, par un strike décisif ?

Coupe du monde de foot'ch boal, avec ballon rond, cuissots et plumes brésiliens, pour anesthésier le peuple.

Psychose

Je dis "stop" !!!

 Et quand je suis saturée, mon truc à moi, c'est regarder "La parenthèse inattendue" !

Ah Frédéric Lopez et sa p'tite maison dans la prairie, ouverte à des personnalités, prêtes aux confidences autour du feu...

J'ai toujours aimé le travail de Frédéric Lopez. Je trouve ces concepts d'émissions à dimension humaine et bienveillante. 

Cerné d'un cynisme télévisuel douteux, ça fait du bien ! De là, à dire que j'ai un faible pour le bonhomme... Mais ce n'est pas le sujet !

Donc, "La parenthèse inattendue".

Pour rappel, il s'agit de réunir trois personnalités d'horizons différents, pendant 24h, dans un charmant coin de campagne, pour en apprendre plus sur leur vie et leur parcours sinueux, jusqu'à la réalisation de leur rêve.

C'est joli non ?



A l'instar d'un épisode de la "Croisière s'amuse" (ben quoi ?), le scénario est bien rodé :

Arrivée, plus ou moins scabreuse, en barque, présentation, absence de l'animateur, propice à de premiers échanges improvisés, arrivée de l'animateur, propice à savoir "ce qu'on va manger ce soir" ! Je plaisante rhô !

Après, direction les chambres puis le grenier, toujours décoré pour éveiller l'émotion des invités. Les premières confidences peuvent commencer... De l'enfance au déclic qui déterminera leur destin, chacun joue le jeu.

Et puis, on redescend, pour une petite activité en plein air, avant de revenir dans la cuisine, pour la suite des aventures... 







Entre les carottes, le poulet et la tarte aux pommes, on en sait plus sur les débuts de carrière, avec les rencontres, les réussites et les échecs.

Enfin, on passe à table, pour la consécration, avant d'aller chanter sur le ponton et se retrouver, tout fripé, au p'tit dej', pour évoquer l'actu et les projets. Oui, il faut bien faire un peu de promo, quand même !

Et voilà, on se dit au revoir autour d'une photo souvenir, des promesses de se revoir, des bisous et des mains qui s'agitent quand la barque s'éloigne... Moi, ça me rappelle les adieux de fin de colo ! Je n'en ai jamais revu aucun...




Vous comprenez, maintenant, pourquoi, ce programme me plait autant. Oui, c'est vrai, je suis un peu choupette... Surtout que, le bô Fredo (oui, j'ose, mais ça ne veut rien dire ! :) a cette qualité rare, de savoir écouter, sans être blasé et en étant toujours apte à s'émerveiller... 

Un animateur télé qui ECOUTE ! C'est quand même pas si souvent ! (dans la vraie vie non plus, d'ailleurs...)

De même, des personnalités qui tombent le masque de la dictature du bonheur, pour confier des douleurs intimes, sans verser dans le voyeurisme, moi, ça me touche. 

Au point que, j'ai trouvé sympathiques Grégoire et Pascal Obispo ! De là, à aimer leur musique, heu...non, faut pas pousser !

Ceci dit, il est vrai que j'ai aussi quelques remarques à faire sur la parenthèse... Je me lance !

- Le concept est efficace mais devenu un peu systématique, ça ronronne parfois...

- Parler de sa carrière en y mêlant l'envers du décor personnel, c'est super, mais, on reste un peu sur sa faim parfois. Quand de vrais traumas sont dévoilés, il serait intéressant de s'attarder davantage sur leur impact, dans la vie des invités. 

Sans sombrer dans un pathos dégoulinant, savoir comment leur vision de la vie en a été modifié. Spirituellement ou philosophiquement, par exempte... Quelque fois, c'est un peu superficiel et c'est dommage...

Le mieux je crois, c'est que joli Freddy (quoi encore ?) m'invite pour un week-end. On en discutera tous les deux, au calme... 







Le seul hic, c'est son prénom... Mon ex-mari (oh mon Dieu, j'ai été mariée!) porte le même... Mais ça, c'est une autre histoire...

Téri Trisolini

*Détendons-nous c'est vendredi. Billet d'humeur donc :)


"Une partie de campagne." Renoir.