mardi 31 mars 2015

"La silencieuse" d'Ariane Schréder, d'un certain silence d'or...




"C’est dans une grande maison isolée au bord d’un fleuve que Clara vient se réfugier après une rupture amoureuse. Là, elle passe ses journées dans l’atelier à sculpter d’aériennes silhouettes, des mobiles qui touchent terre."

Clara est sculpteure, ou sculptrice... Déjà trop de mots...

Clara aimerait voler. Elle crée des personnages légers et évanescents, qu'un simple souffle peut emporter... 

Clara est amoureuse mais son amour est parti. Alors, Clara s'en va. Elle quitte Paris, pour un ailleurs, plus calme, où le silence est roi.

Clara n'est pas seule. Il y a ses créatures de fil et de papier, et la decouverte de la faune et la flore, locales.

Quelques rencontres aussi, Omar, Belle, et Plume, le chaton. Invité inattendu, qui la réchauffe, quand il fait trop froid dehors, ou dedans...

Paris ne lui manque pas. Quand elle s'y rend, elle se sent mal. Trop de bruits, trop de mots...

Clara aime le silence. alors, elle parle peu. Elle écoute, elle observe, et elle sculpte.


Elle fait silence sur sa vie, ses douleurs et ses larmes... 



Un silence de mort.

Mais la vie est là, plus forte que Clara. Elle la rattrappe par à-coup, et si ça fait mal, ça fait bien, aussi... Alors, peut-être qu'enfin, Clara trouvera sa voix/e...

"La silencieuse"d'Ariane Schréder, est une envolée lumineuse, dans les nuées d'un coeur de femme, blessée, que la douleur rend presque muète, et sourde au monde. Ses sculptures fragiles, parlent pour elle et la relient au monde, et aux autres.

Un roman sensible et délicat, à lire, paisiblement.

Téri Trisolini