lundi 11 mai 2015

Edito du lundi 11 Mai 2015

Alliance ethnique, ou Ménard, vous avez dit Ménard ?


Alors que la tribu Le Pen, nous joue la grande scène du II, façon tragédie grecque de pacotilles, Robert Ménard, se gargarise de "répertorier" les enfants de sa commune, par religion et origine supposées, selon leur nom et prénom...

Il fleure mauvais un air de déjà-vu, en pleine commémoration du 8 mai 45...

Et soudain, je me rappelle... 

C'était au siècle dernier. Fin des années 80, mon année de troisième se concluait par le dernier conseil de classe.

Moi, c'étaient les Lettres que j'aimais, et mes notes en Français et Langues, en attestaient. Une dérogation était alors, nécessaire, pour que je puisse rejoindre le lycée, proposant la filière "A". La demande a été faite. J'attendais donc, fébrile, le compte -rendu de la déléguée de classe.

Et là, stupeur ! J'apprends, sidérée, non seulement, que la dérogation m'est refusée, mais de surcroît, que la prof principale ( Mme M. que je n'ai pas oubliée!) a ajouté : "De toutes façons, pour une fille d'ouvrier immigré, si elle fait "G" (ndlr : comptabilité et secrétariat), ce sera déjà pas mal."

Oui, je suis fille d'immigrés italiens, et j'en suis fière. Et, oui, ce sont les préjugés sur mes origines qui  ont dévié mon parcours. Même si, remontée à bloc, j'ai réussi à passer un bac "B" (ndlr : ES), pour finalement retrouver un cursus universitaire "Théâtre" puis "Lettres Modernes". Et toc !

Les préjugés ont la dent dure et aujourd'hui, la montée bleue, de la marinade ouvre la porte à une certaine complaisance, voire un encouragement à leur propagation.

Et moi, ça me fout en rogne ! A l'aube, de 2017, j'ose encore espérer un sursaut dans cet électorat inconscient, qui ne semble pas comprendre les enjeux qui se jouent, dés maintenant, pour nos libertés.

Vigilance, et résistance, amis citoyens...  

Que la semaine commence !

Téri TRISOLINI - Italiana vera
Souriez, vous êtes libres et vivants !