lundi 13 juin 2016

Lire "Clair-obscur" de Stéphane Bret, pour entrer dans une autre résistance....

"Clair-obscur"
Edilivre
Stéphane Bret


"Dans la France de l'Occupation, Arlette Gravier, employée aux Trois Quartiers, Arnaud Larribe, métreur, Damien Rubot, ouvrier chez Citroën au quai de Javel, affrontent dans un premier temps la débâcle, l'effondrement de la France , de ses institutions au cours de la terrible année 1940.Ils tentent ensuite de réagir, en fonction de leurs engagements passés pour Arlette Gravier et Damien Rubot, tous deux militants syndicalistes et politiques lors du Front Populaire .Pour Arnaud Larribe, la décision sera le fruit d'un choix moral : celui du refus de l'asservissement de son pays, de l'abandon des valeurs républicaines par le régime de Vichy , après avoir soutenu au départ le Maréchal Pétain."

Bien sûr il y a le Général,
Bien sûr il y a les Américains,
Bien sûr il y a Jean Moulin, le couple Aubrac...

Et puis, il y a les autres... 

Les résistants ordinaires dont l'Histoire n'a pas retenu les noms. Ceux qui resteront anonymes, en dépit de leur courage.Des petites gens, comme vous et moi.

Vous et moi ? Vraiment ? Pas si sûr... 

Ils étaient ouvrier, postière, chef d'entreprise, Français ou immigrés, des hommes, des femmes... Leur point commun : préférer la résistance à la collaboration.

Arlette, Damien, Arnaud, Karim... sont des héros ordinaires, qui n'ont pas choisi de l'être. leur seule ambition, Résister face à l'occupant, être prêt à tout pour la liberté et la libération de Paris et de leur pays, la France.

Et chacun d'apporter sa pierre à l'édifice,  au péril de leur vie, voire même jusqu'à la déportation.

"Clair-obscur" est le récit d'une résistance à taille humaine, au coeur d'une guerre qui a bafoué l'humanité.

Beau et édifiant.

Téri Trisolini

 EXTRAITS :

<< C'était enfin un visage, une silhouette qui commençait à être connue des Français. Damien Rubot crut remarquer que durant le défilé sur cette artère, le général de Gaulle se tenait en avant de la première rangée de manifestants composée de ses ministres, et collaborateurs immédiats. Était-ce pour des raisons de protocole ? C'était peu probable, car le fonctionnement régulier des institutions de la République était loin d'être rétabli. Pour marquer sa prééminence, ou pour illustre les retrouvailles avec la France, qu'il allait, peut-être, incarner ? Pour signifier que celle-ci ne l'avait jamais vraiment quitté ? >>

L'auteur :

Stéphane Bret, âgé de 64 ans, réside à Boulogne-Billancourt. Il collabore régulièrement aux blogs littéraires : La Cause Littéraire, Babelio, Critiques Libres, Lecteurs Com, Benzinemag. Clair-obscur est son cinquième roman.