mercredi 1 février 2017

Les Talons dans le plat !* - 1- Mélania VS Pénélope : Mo-Mo-MOTUS !

Face aux deux femmes phare d'une actualité agitée, ma fibre féministe a vibré, avec cette question : Qui de Mélania et de Pénélope, décrochera le prix de la grande muette de l'année ?


Reprenons.

Les épouses/compagnes de présidents et autres hommes de pouvoir, n'ont jamais tenu un rôle très valorisant, dans l'Histoire.

Des muettes potiches, placées derrière Monsieur, l'attitude humble de Madone, le sourire de Joconde, figé sous un brushing laqué, souvent cocues et toujours humiliées, on en a connues.

De Jackie Kennedy, à Anne-Aymone Giscard d'Estaing (ben oui, on a les premières Dames qu'on mérite !), en passant par Hillary Clinton, Valérie Trierweiler, ou Anne Sinclair, elles sont pléthore à avoir morflé...

Heureusement, certaines ont su s'affirmer, comme la flamboyante Claude Pompidou, (qui en paya chèrement le prix), l'audacieuse Cécilia Sarkozy, qui, recouvrant la vue, reprit sa liberté, laissant son Nicolas de mari, Président mais célibataire, et surtout, l'inégalable Michelle Obama, belle et intelligente, en parfaite complémentarité avec Barack.

Et d'autres de prendre leur revanche, ainsi Jackie deviendra Onassis, Hillary reprendra le pouvoir (presque), Valérie publiera son journal (trop) intime, (bon, là, ok, c'est moins glorieux), et Anne jettera-enfin- son queutard de compagnon, en gardant dignité et élégance.

Sans oublier, celle qui remporte la palme de la plus (dé)culottée, Pierrette Lepen, qui offrit son divin séant à la vue de tous, faisant tourner de l'oeil, un Jean-Marie humilié et impuissant. J'en ris encore.

A noter que Poutine, comme tous les grands tyrans, n'est amoureux que de lui-même, et c'est sûrement mieux comme ça...


Revenons maintenant à nos deux héroïnes sans parole.

Notons que Mélania a bien tenté quelques palabres, avec un discours honteusement pompé sur celui de Michelle, marquant ainsi la fin de toutes nouvelles initiatives.

Je ne sais pas vous, mais quand je la vois, en poupée de cire derrière Trump, elle me rappelle ces femmes battues, au garde à vous, sans que rien ne dépasse, au risque de réveiller la fureur de son minotaure de mari,

Elle me fait presque de la peine... Presque...

Quant à Pénélope, alors là... Je ne comprends pas...

On est en France, en 2017, et Madame joue les innocentes - aux mains pleines-, le regard de cocker, la tête en biais, qui ne comprend pas, ah non, vraiment pas !, pourquoi tout le monde lui en veut autant.

Elle, la bonne mère de famille, soutien discret et indéfectible de son homme politique, si intègre, si droit, si attaché aux valeurs chrétiennes... Comme elle... D'ailleurs ne dit-on pas, "Charité bien ordonnée, commence par soi-même" ?...

Sauf que non, désolée Péné, ça ne suffira pas. 

De nos jours, le preux chevalier volant au secours de sa belle, ça ne prend plus. Aujourd'hui, en tant que femme, on prend ses responsabilités, et la parole pour s'expliquer.

Tu ne sais pas parler, mais tu sais écrire et, visiblement, compter. 

Alors, c'est toi qu'on veut entendre maintenant. Allez courage maman, raconte ta version des faits. Elle fera peut-être taire les rumeurs bavardes, et tu pourras enfin te tenir droite (très à droite même) aux côtés de St François.

La parole est à la défense, donc.


Téri Trisolini

*Les Talons dans le plat. Billet d'une féministe belle et rebelle